Mariage protestant

Berne et Jura - mariage religieux

Voici les principaux extraits réglementaires concernant la bénédiction de mariage dans l’Union synodale réformée Berne-Jura (USBJ). Ces extraits n’ont pas valeur officielle.

Selon le Règlement ecclésiastique de l’USBJ, article 44 et suivants.

Sens:

La bénédiction du mariage consiste en un culte où sont annoncés aux époux l’amour de Dieu, sa fidélité, sa bénédiction et son commandement libérateur.

Confiants dans la bienveillance divine, les époux s’engagent l’un envers l’autre à vivre leur union dans la fidélité et dans la foi en Dieu.

Conditions:

La bénédiction du mariage ne peut être célébrée que sur présentation de l’acte de mariage de l’état civil, ou, à défaut, du livret de famille.

L’un des époux au moins devrait appartenir à l’Église réformée. Le pasteur peut, pour des motifs d’assistance spirituelle, bénir le mariage de per-sonnes qui ne sont pas membres de l’Église. Dans ce cas, la paroisse peut demander une contribution pour couvrir ses frais. Le Conseil synodal édicte des directives pour le calcul de ces contributions.

Préparation:

La bénédiction du mariage doit être annoncée en temps voulu au pasteur qui présidera le culte pour qu’il puisse prendre les dispositions nécessaires.

Le pasteur compétent est celui de la paroisse ou du secteur où habitent ou ont habité les époux, respectivement l’époux ou l’épouse. Si le pasteur auquel le mariage est annoncé n’est pas en mesure de présider lui-même le culte, il doit se charger de trouver un autre pasteur pour la cérémonie.

Le pasteur mène un entretien avec les époux sur le sens du mariage et du culte de bénédiction.

Époux de confessions différentes:

La bénédiction d’un mariage d’époux de confessions différentes se célébrera dans un esprit œcuménique.

Lors de l’entretien avec les époux, le pasteur veillera à leur rappeler leur appartenance respective à la communion de Jésus-Christ et à leur propre Église. Il les encouragera au respect mutuel de leurs convictions religieuses.

La participation d’un ministre d’une autre Église peut souligner le caractère œcuménique de la bénédiction du mariage, mais elle n’est pas indispensable. La seule condition est que la célébration soit préparée en commun.

Un mariage célébré par une Église d’une autre confession est reconnu indépendamment de la participation d’un pasteur réformé évangélique.

Époux de religions différentes:

Lorsque l’un des époux appartient à une autre religion ou qu’il se dit sans confession, le pasteur lui recommandera,lors de l’entretien,de respecter la conviction religieuse du partenaire chrétien.

Il encouragera le partenaire réformé évangélique à rester libre de vivre sa propre foi et d’en témoigner tout en respectant les convictions de son partenaire.

Lieu et jours:

La bénédiction du mariage se célèbre en règle générale dans une église. Elle peut avoir lieu en dehors d’un bâtiment ecclésial si le pasteur et les époux ont pu en convenir lors de l’entretien et si le cadre choisi est digne de cette célébration.

Le lieu choisi pour la bénédiction du mariage doit être accessible au pasteur en un temps raisonnable. Les frais sont à la charge des époux.

Plusieurs mariages peuvent être célébrés ensemble au cours d’un même culte si les couples y donnent leur accord

Refus:

Lorsqu’un pasteur se sent contraint pour des raisons graves de refuser la bénédiction, il doit en informer sans délai le conseil de paroisse et le Conseil synodal.

La bénédiction doit être refusée si elle a eu ou aura encore lieu dans une autre Église ou une autre communauté chrétienne.

Ordonnance:

Le Conseil synodal publie une ordonnance détaillée sur les conditions et la pratique de la bénédiction du mariage, spécialement pour les cas d’époux de confessions ou religions différentes